Maintenir nos écoles

Les travailleurs et travailleuses de l'éducation répondent à tous les besoins éducatifs de nos enfants.

Mais, parce que nous ne les payons que 39 000 $ en moyenne, des milliers d’entre eux et elles sont au bord de la pauvreté.

Dites à Doug Ford que 39 000 $, ce n’est pas assez… pour les travailleurs et travailleuses de l'éducation ou pour qui que ce soit.

LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DE L'ÉDUCATION SONT L'ÉPINE DORSALE DE NOS ÉCOLES

Le CSCSO est composé de 55 000 travailleurs et travailleuses de l'éducation occupant plus de 600 emplois différents dans les écoles de l'Ontario.

 

Les moins bien payé(e)s du secteur, les travailleurs et travailleuses de l’éducation jouent un rôle essentiel dans la réussite des élèves.

ENSEMBLE, NOUS POUVONS SOUTENIR LES REVENDICATIONS DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DE L'ÉDUCATION

  • Améliorer la qualité de l'éducation

  • Augmenter le soutien apporté par les aides-enseignant(e)s, les éducateurs et éducatrices de la petite enfance, les travailleurs et travailleuses auprès des jeunes et bien d’autres encore

  • Garantir un nombre suffisant d'employé(e)s de bureau pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité des écoles

  • Maintenir toutes les bibliothèques scolaires ouvertes aux élèves

  • Garantir des normes de nettoyage plus saines et s'attaquer aux arriérés d’entretien

  • Maintenir les travailleurs et travailleuses de l'éducation au-dessus du seuil de pauvreté, compte-tenu des pressions inflationnistes actuelles

OUI, JE SUIS DU CÔTÉ DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DE L'ÉDUCATION DE L'ONTARIO

Les parents, les fournisseurs de soins et les membres des communautés de l'Ontario sont solidaires des travailleurs et travailleuses de l'éducation dans leur lutte pour protéger et élargir les services aux élèves.

Ensemble, nous exigeons du gouvernement Ford qu’il :

  • Embauche davantage de travailleurs et travailleuses de l'éducation pour que tous les élèves bénéficient du soutien et des services dont ils et elles ont besoin.
  • Augmente significativement le salaire des travailleurs et travailleuses de l'éducation, le plus bas du secteur à 39 000 $ en moyenne

Nous sommes :

Jessica Lalonde

Chef concierge

Jessica Lalonde, concierge en chef à Sudbury, voit à ce que les élèves et le personnel commencent leur journée dans une école saine et propre. Depuis plusieurs années, Jessica travaille des heures supplémentaires en raison de la pénurie de personnel dans son école. Selon elle, les salaires sont si bas que personne ne veut postuler. Il est difficile pour les concierges comme Jessica de joindre les deux bouts. Nos travailleurs et travailleuses de l'éducation ont besoin de salaires décents afin que nous puissions tous protéger les élèves de demain.

Debbie Popovic

Bibliothécaire

Debbie Popovic est bibliothécaire au primaire et elle travaille chaque semaine avec plus de 550 élèves dans son école. Pour plusieurs élèves, être à la bibliothèque et travailler avec Debbie est ce qu’ils et elles préfèrent faire à l'école. Mais, alors que le nombre d’élèves augmente et que les écoles sont confrontées à des réductions budgétaires dévastatrices, les bibliothécaires comme Debbie ont du mal à faire face au travail et à régler leurs factures. Nous voulons tous la meilleure éducation possible pour nos enfants, et cela commence par des salaires décents pour nos bibliothécaires.

Kristine Hamilton

Aide-enseignante

Kristine Hamilton est aide-enseignante dans une école primaire. Elle travaille avec des élèves à besoins élevés qui peuvent être vulnérables aux crises, qui sont peut-être nouveaux à l'école ou même nouveaux venu(e)s au pays. Les élèves dont elle s’occupe ont besoin de plus d'aide et, entre les réductions budgétaires et l'inflation, il n'y a pas assez d'argent pour tout le monde.

S'en tenir aux faits

Les travailleurs et travailleuses de l’éducation, les moins bien payé(e)s du secteur, ont subi une baisse de salaire réelle de 11 % au cours des dix dernières années en raison de la législation provinciale. Il faut augmenter de façon significative le salaire des travailleurs et travailleuses de l'éducation pour faire face aux pressions inflationnistes actuelles, pour maintenir les travailleurs et travailleuses de l'éducation au-dessus du seuil de pauvreté et pour empêcher les travailleurs et travailleuses estimé(e)s et expérimenté(e)s de quitter le secteur.

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Inscrivez-vous pour recevoir les informations les plus récentes sur notre combat et pour en savoir plus sur d’autres façons de vous impliquer.